الرئيسية | وجهات نظر | علامات الساعة تظهر في تيسمسيلت انتظروا الدابة ...

الاوساخ و القمامات تغزو شوارع تيسمسيلت

علامات الساعة تظهر في تيسمسيلت انتظروا الدابة ...

نص بسيط
30473 مرة
مشاركة في:
Post on Facebook Twitter
Add to your del.icio.us Digg this story
علامات الساعة  تظهر في تيسمسيلت انتظروا الدابة ...

اذكر و أعي جيدا  و تحديدا منذ أن تسللت إلى رواق  الولاية  و عملت  على المباشر مع خمس  ولاة  في مجال الإعلام و الاتصال  و هم على التوالي المرحوم  محمد بلال  و السيد مليزي الطاهر  و السيد بن وارث  و السيد مادن دحو  و أخرهم  عثماني مختار  لم اشعر وقتها بأن الولاية  تبكي أو تشتكي مما هي عليه اليوم  أمر لا يصدق مما تعانيه عاصمة الونشريس على الخصوص و الغريب في الأمر - يا أبناء تيسمسيلت – أن الكارثة تعدت الخط الأحمر إن كان هناك خط نجده فقط عند فئة اسمها "خط بلحمر" تجاوزته إلى ابعد تصور.

ماذا حدث لهؤلاء المسؤولين المحلين هل هم عمي لا يبصرون ام هي عقوبة لا ندري من يتحمل مسؤوليتها . الأوساخ  بلغت أبواب البيوت بعدما ضاقت بها قارعة الطرق  فتحولت الجرذان إلى قطط  و عششت في البيوت  ، تدهورت الطرق و الأزقة حتى تحولت  إلى برك  يربض فيها الجمل حتى المشاريع التنموية  أو- الإنمائية - سموها كما شئتم، هي الأخرى تسابق في سرعة تنفيذها السلحفاة...   الفلاح يشتكي و مديرية الفلاحة في غيبوبة أهل الكهف ماذا يحدث ؟ أهي علامة من علامة الساعة تكون قد ظهرت في تيسمسيلت؟ قبل أن تظهر الدابة  التي ستدكهم دكا { الله ينجينا يا رب } و العلامة التي اتفق عليها علماء الفتوى بالبلدية الأكثر وسخا و تعفننا { إذا اسند الأمر إلى غير أهله فاعلم أنها الساعة} بلغنا الأمر و العلامة ظهرت عيانا كغروب شمس تيسمسيلت التي لا نعرفها إلا بالصور الفوتوغرافية لمديرية السياحة و التي جعلت منها "سويسرا"..  الا يستحى هؤلاء ؟ ألا يعلم أنهم سيحاسبون على هذه المآسي التي تعانيها يقال عنها أنها كانت معقل الثوار ؟؟ أنتم يا من خولكم الشعب حكمه عنوة لماذا البهدلة لمدينة تترجاكم أن تجففوا دموعها بجفافات عاملات النظافة  أين انتم  أحياء أم أموات .

لاشيء يبعث على الارتياح  أغيثوا الفتية قبل أن تغاث من الدجال الذي سيهلككم قبل أن يهلكها..  سبحان الله ، القصب  و الحشائش الضارة أصبحت  ورود يعتني بها و تسقى  بمياه سد كدية الرصفة بعدما فاضت ينابيعه..  أين أنت  يا حجاج ؟ المدينة تنهار و تتعفن نريد سيفك البتار  لا خطبتك البتراء لأننا سئمنا من" اسمعوا واعو انتخبوا و أنا المخلص" ..لاعتاد و لا بلاد الكل في مهب الريح  أين أنت أيها المخلص  خلصنا قبل أن تدكنا مطرقة الدابة بين ركام  تلك الأوساخ و القمامات من أمام الهيئات الرسمية  و المؤسسات التربوية  يا حنان و يا منان  أضرب الظالمين بالظالمين و اخرج الرعية سالمة  من جور هؤلاء.

م. عبديش

Comment icon من فضلك إقرأ قوانين نشر التعليقات قبل أن تضيف تعليقك على المقال

الإشتراك في تعليقات نظام RSS التعليقات (14 منشور)

avatar
خيرالدين ( تيسمسيلت) 21:04 13.07.2012
سلمت يداك .
مقبول مرفوض
0
تقرير كغير لائق
avatar
15:56 14.07.2012
الدابة ظهرت وتجولت وأكلت ونامت واستيقظت ... وبدلا من ان ننتظر قدومها ننتظر رحيلها تماما مثلما ننتظر رحيل أولئك الذي يدّعون أنهم حماة البيئة ومن يسبح في فلكهم ........ سلامي اليك عبديش محمد
مقبول مرفوض
1
تقرير كغير لائق
avatar
asma 16:30 14.07.2012
françois jacob, médecin ,biologiste fr a écrit" presque tout ce qui caractérise l'humanité, se résume par le mot culture" notre prophète a dit mieux "la propreté est un acte de foi " nous les algériens, on est sans foi, ni loi, ni culture..(bien entendu toute généralisation serait abusive) mais l'état de nos villes est effarant : de véritables décharges à ciel ouvert ! ce n'est pas seulement un poblème d'apc, de wali, ou x responsable..la propreté est l'affaire de tous : kassaman billah, si le calife omar ibn el khattab en personne ressuscitait...et venait à gouverner ce pays -el farouq,pourtant, réputé pour sa rigueur, sa dureté "fi el hak" il n'y arriverait pas : soit il lâchera du lest, soit il nous exterminera tous..notre incurie, inculture, ignorance, incivisme,..sont légendaires !.le respect de l'espace public, la préservation de l'environnement concernent tout un chacun..il y va de notre santé, et notre qualité de vie..de simples gestes feront la différence : ne déposer les ordures ménagères qu'aux points de collecte avant le passage du camion de ramassage..se garder de jeter ses détritus n'importe où, les bacs à ordures ne sont pas fait pour les chiens!
مقبول مرفوض
0
تقرير كغير لائق
avatar
mohvial_m 21:11 14.07.2012
المحافظة على المحيط والطبيعة مســـــــــــــــــــؤولية الجميـــــــــــــــــــــع

يعد الانسان المسؤول الاول على تلوت الطبيعة بانواعه سواءا كان التلوت جويا او بريا او حتى مائيا .
فهيا بنا معا لمحاربة التلوت وفتح افاق وامال جديدة لاجيال المستقبل .
كلنا من أجل مدينة نظيفة ومحيط نظيف .
ألف شكر سيد عبديش الموضوع هام جدا .
مقبول مرفوض
1
تقرير كغير لائق
avatar
asma 10:03 15.07.2012
quel talent !! merci m.abdiche..
مقبول مرفوض
-1
تقرير كغير لائق
avatar
ALI vialari 09:45 17.07.2012
quel dommage quelle honte quel desastre, ou sont les élus locaux ou sont les citoyens ou sont les propres de toutes les villes ..................walahi rien à dire sauf SOBHANE ALLAH EL ADIME
مقبول مرفوض
0
تقرير كغير لائق
avatar
sersouarsen 15:58 17.07.2012
Eugène-René Poubelle, né à Caen le 15 avril 1831 et mort à Paris le 16 juillet 1907, est un juriste, administrateur et diplomate français. Il a donné son nom aux poubelles à travers les décisions qu'il prit, en tant que préfet de la Seine à partir de 1883, pour améliorer l'hygiène de la ville de Paris.Le préfet de la Seine était très influent à une époque où la fonction de maire avait été mise entre parenthèses à Paris. Il était notamment chargé de l'administration courante. C'est ainsi qu'il fut amené à prendre les arrêtés du 24 novembre 1883 et du 7 mars 18842 qui obligeaient les propriétaires d'immeubles à mettre à disposition de leurs locataires des récipients communs, munis d'un couvercle et d'une capacité suffisante pour contenir les déchets ménagers. La dimension et même la contenance de ces récipients étaient strictement contrôlées : 40 à 120 litres. L'arrêté prévoit également le tri des déchets : trois boîtes sont obligatoires, une pour les matières putrescibles, une pour les papiers et les chiffons et une dernière pour le verre, la faïence et les coquilles d'huîtres. Cette prescription a amélioré de manière considérable l'hygiène des foyers de la capitale. En effet, le nombre d'habitants à Paris - avoisinant les deux millions - et la présence de nombreux immeubles collectifs rendaient indispensable l'organisation d'un ramassage régulier. Les Parisiens prirent l'habitude de désigner les réceptacles à ordures du nom du préfet Poubelle. Mais ce nouveau règlement ne fut que partiellement respecté, se heurtant à l'hostilité de la population. Les propriétaires voyaient l'ajout de nouvelles charges, les concierges, des tâches supplémentaires à accomplir et les chiffonniers, la menace de perdre leur gagne-pain. Les boîtes détériorées n'étaient pas remplacées, les anciennes pratiques perduraient par endroits. L'essentiel des décisions du préfet Poubelle a cependant été appliqué. Les hygiénistes ont fini par gagner leur combat. Les ordures furent domestiquées et enfermées et l'exemple de Paris se répandit dans les villes de province. Il faudra toutefois attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour que les poubelles deviennent d'un usage courant. L'enlèvement des ordures est dès lors organisé avec régularité par les municipalités.
La définition de la « poubelle » fut insérée en 1890 dans le supplément du Grand Dictionnaire universel du xixe siècle.
Eugène Poubelle fut également à l'origine de la mise en route du tout-à-l'égout, concept qui, suite à la dernière résurgence du choléra en 1892, gagna la faveur du public. Cela lui permit, en 1894, de faire passer un arrêté imposant aux propriétaires de raccorder leurs immeubles au réseau d'égout et de payer les frais d'exploitation afférents à la collecte de leurs eaux usées.
Le préfet de la Seine était très influent à une époque où la fonction de maire avait été mise entre parenthèses à Paris. Il était notamment chargé de l'administration courante. C'est ainsi qu'il fut amené à prendre les arrêtés du 24 novembre 1883 et du 7 mars 18842 qui obligeaient les propriétaires d'immeubles à mettre à disposition de leurs locataires des récipients communs, munis d'un couvercle et d'une capacité suffisante pour contenir les déchets ménagers. La dimension et même la contenance de ces récipients étaient strictement contrôlées : 40 à 120 litres. L'arrêté prévoit également le tri des déchets : trois boîtes sont obligatoires, une pour les matières putrescibles, une pour les papiers et les chiffons et une dernière pour le verre, la faïence et les coquilles d'huîtres. Cette prescription a amélioré de manière considérable l'hygiène des foyers de la capitale. En effet, le nombre d'habitants à Paris - avoisinant les deux millions - et la présence de nombreux immeubles collectifs rendaient indispensable l'organisation d'un ramassage régulier. Les Parisiens prirent l'habitude de désigner les réceptacles à ordures du nom du préfet Poubelle. Mais ce nouveau règlement ne fut que partiellement respecté, se heurtant à l'hostilité de la population. Les propriétaires voyaient l'ajout de nouvelles charges, les concierges, des tâches supplémentaires à accomplir et les chiffonniers, la menace de perdre leur gagne-pain. Les boîtes détériorées n'étaient pas remplacées, les anciennes pratiques perduraient par endroits. L'essentiel des décisions du préfet Poubelle a cependant été appliqué. Les hygiénistes ont fini par gagner leur combat. Les ordures furent domestiquées et enfermées et l'exemple de Paris se répandit dans les villes de province. Il faudra toutefois attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour que les poubelles deviennent d'un usage courant. L'enlèvement des ordures est dès lors organisé avec régularité par les municipalités.
La définition de la « poubelle » fut insérée en 1890 dans le supplément du Grand Dictionnaire universel du xixe siècle.
Eugène Poubelle fut également à l'origine de la mise en route du tout-à-l'égout, concept qui, suite à la dernière résurgence du choléra en 1892, gagna la faveur du public. Cela lui permit, en 1894, de faire passer un arrêté imposant aux propriétaires de raccorder leurs immeubles au réseau d'égout et de payer les frais d'exploitation afférents à la collecte de leurs eaux usées. Le préfet de la Seine était très influent à une époque où la fonction de maire avait été mise entre parenthèses à Paris. Il était notamment chargé de l'administration courante. C'est ainsi qu'il fut amené à prendre les arrêtés du 24 novembre 1883 et du 7 mars 18842 qui obligeaient les propriétaires d'immeubles à mettre à disposition de leurs locataires des récipients communs, munis d'un couvercle et d'une capacité suffisante pour contenir les déchets ménagers. La dimension et même la contenance de ces récipients étaient strictement contrôlées : 40 à 120 litres. L'arrêté prévoit également le tri des déchets : trois boîtes sont obligatoires, une pour les matières putrescibles, une pour les papiers et les chiffons et une dernière pour le verre, la faïence et les coquilles d'huîtres. Cette prescription a amélioré de manière considérable l'hygiène des foyers de la capitale. En effet, le nombre d'habitants à Paris - avoisinant les deux millions - et la présence de nombreux immeubles collectifs rendaient indispensable l'organisation d'un ramassage régulier. Les Parisiens prirent l'habitude de désigner les réceptacles à ordures du nom du préfet Poubelle. Mais ce nouveau règlement ne fut que partiellement respecté, se heurtant à l'hostilité de la population. Les propriétaires voyaient l'ajout de nouvelles charges, les concierges, des tâches supplémentaires à accomplir et les chiffonniers, la menace de perdre leur gagne-pain. Les boîtes détériorées n'étaient pas remplacées, les anciennes pratiques perduraient par endroits. L'essentiel des décisions du préfet Poubelle a cependant été appliqué. Les hygiénistes ont fini par gagner leur combat. Les ordures furent domestiquées et enfermées et l'exemple de Paris se répandit dans les villes de province. Il faudra toutefois attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour que les poubelles deviennent d'un usage courant. L'enlèvement des ordures est dès lors organisé avec régularité par les municipalités.
La définition de la « poubelle » fut insérée en 1890 dans le supplément du Grand Dictionnaire universel du xixe siècle.
Eugène Poubelle fut également à l'origine de la mise en route du tout-à-l'égout, concept qui, suite à la dernière résurgence du choléra en 1892, gagna la faveur du public. Cela lui permit, en 1894, de faire passer un arrêté imposant aux propriétaires de raccorder leurs immeubles au réseau d'égout et de payer les frais d'exploitation afférents à la collecte de leurs eaux usées.wikipedia
مقبول مرفوض
1
تقرير كغير لائق
avatar
asma 16:35 18.07.2012
des récipients communs munis d'un couvercle, et d'une capacité suffisante pour contenir les déchets ménagers...la dimension..la contenance de ces récipients étaient strictement contrôlées.." c'était là, à paris 1883 : ce pauvre eugène-rené doit se retourner dans sa tombe, s'il voyait l'usage outrageant que certains ont fait de son nom, et de sa grande invention ! poubelle, chez nous, vous en conviendrez, est synonyme de décharge sauvage où les détritus s'amoncellent à côté du "récipient" sensé les contenir, jamais dedans !! c une innovation...bien sûr que faut il faire ? il ya l'éducation, la sensibilisation (spots publicitaires via tv, radio, affichage...) on peut aussi pratiquer "le targhib wa el tarhib" cad l'encouragement au bien ( attribuer des marques de distinction, d'honneur, décoration pour les cités, les artères, les jardins, les immeubles les plus propres) et la dissuasion au mal ( verbaliser les contrevenants, les pollueurs, les salisseurs de tous genres ) créer la concurrence inter quartiers en matière d'hygiène public...quelque chose comme ça..
مقبول مرفوض
-3
تقرير كغير لائق
avatar
عبدو 01:38 02.08.2012
السلام عليكم
الحديث عن مجيئ الدابة فات آوانه كما سلف عند أحد المشاركين ،فالدابة في تيسمسيلت من يرعاها و يسرح بها ؟ هذا الذي يجب الحديث فيه
فهناك بعض الناس ألفوا الرتع في الفساد و لا يستتطيعون العيش وسط سواه،فحالهم مثل خضراء الدمن "الحسناء في منبت السوء"
فالمسؤولية يتحملها هؤلاء الذين يتظاهرون بخدمة المدينة مع أقرانهم من المفسدين ، و لا يصلح الله أمر المفسدين
مقبول مرفوض
-1
تقرير كغير لائق
avatar
المايدي - فيلار خير من تيسمسيلت 02:09 14.08.2012
شكرا الاخ عبديش على الموضوع القيم الذي تطرقت له لكن الشئ الذي لم تتناوله ضمنه و المفضي اساسا الى هذه الكوارث غلي مختلف انواعها واصنافها هو ان ولايتنا تستقطب ثلاثة اصناف من المسؤولين الذين يتبادلون على التسيير عفوا التكسيرهما.............() مسؤولين تم تعيينهم لاول مره بغيه اكتساب التجربة والمعرفة حيث لا رقيب و لا حسيب ......() مسؤولين اياديهم مدنسة بالسرقة و نهب الاموال العموميه و تعاملهم كله رشوة وبزنيس اي بصريح العبارة قد تمت عقوبتهم تاديبيا و اخلاقيا من الرجال نتاع الصح للولايات التي كانوا يشتغلون بها ..........() الصنف الثالث ذلك الصنف الذي شارف سن التقاعد يبعث الي هاته الولاية ليتمكن من ملاء الشكارة باي طريقة لضمان ما تبقى له من عمره..........زد على كل هذا الفئه المعروفة لدى الكبير و الصغير بتيسمسيلت التي جعلت من الرشوة (القهوة) سنه حميدة في تعاملها و خاصة المسؤولين الوافدين الى الولاية وهذه الشرذمة الجاهلة المشتاقة للمعرفة حتى على حساب كرامتهم و اموالهم و المهاجرين لدورهم ليقطنوا تيسمسيلت لكي يترقوا ويتنجروا ويسايروا لا مودا هم العنصر الثاني الاساسي .............................................
مقبول مرفوض
5
تقرير كغير لائق
1 2 next المجموع: 14 | عرض: 1 - 10

أضف تعليقك

  • عريض
  • مائل
  • تحته خط
  • إقتباس

الكلمات الدلالية:

لا يوجد كلمات دلالية لهذا الموضوع

قيم هذا المقال

2.00