Journèe d’ètude sur le systeme LMD à Tissemsilt

Le système LMD (licence, master, doctorat), est le thème qui était au cœur des travaux d’une journée d’information tenue cette semaine  au centre universitaire de Tissemsilt, en présence des enseignants et des étudiants. La journée d’information, organisée par l’Institut des Sciences Juridiques et Administratives, a été une occasion d’échanges des expériences entre les chercheurs sur les clés de la réussite du système et les objectifs attendus. Durant cette journée d’information, le conférencier, Docteur Sami, professeur au centre universitaire de Tissemsilt  a penché sur plusieurs axes en relation avec l’application du système LMD. Dans son intervention, M. Sami, a insisté sur « le rôle du tutorat comme facteur de réussite qui devait permettre à l’étudiant d’être encadré de près par des enseignants chercheurs durant son parcours universitaire pour une meilleure orientation et prise en charge, chose qui n’était pas avant dans le système classique ». Les autres axes de cette journée d’information sur LMD ont touché les nouvelles méthodes d’enseignement et le rôle du contrôle continu dans la formation de l’étudiant. Cette manifestation scientifique s’inscrit dans le cadre de l’enseignement du nouveau système universitaire du LMD. Lequel est considéré comme une nouvelle architecture des études supérieures, fondée principalement sur trois grades de licence (3 ans), master (2 ans) et doctorat (3 ans). «L’apport du LMD dans l’enseignement et perspectives», tel  est le thème de la première journée d’étude organisée par l’Institut des Sciences Juridiques et Administratives du centre universitaire de Tissemsilt. Cette version d’enseignement est avant tout une organisation des formations en semestres et en unités d’enseignement, comme a tenu à le souligner M. Sami, professeur au centre universitaire de Tissemsilt, dans son discours d’ouverture. «Bien que les moyens matériels existent, le système est confronté aux moyens humains, d’où la création indispensable d’un groupe de réflexion sur le programme», dira-t-il, ajoutant que notre but est d’enseigner  en LMD dans un enseignement et une culture typiquement algériens, capables de comprendre les autres cultures. Une dynamique commutative capable de communiquer et aussi comprendre les cultures des autres. «L’adoption du système LMD en Algérie intervient au moment où il est question d’échanges croisés entre le Nord et le Sud. Il cite  l’Union pour la Méditerranée (UMP). Il a indiqué, par ailleurs, que la mise en application du système LMD  que c’est un choix irréversible. “Il faut donner aux diplômes délivrés par le centre universitaire de Tissemsilt une lisibilité internationale. Il est déraisonnable qu’elle reste isolée dans un univers en perpétuel changement d’autant plus que les moyens aussi bien matériels que humains sont disponibles aujourd’hui”, a-t-il soutenu.  Le LMD a, en effet, prévu 2 types de licences : celle professionnelle et la licence académique. Pour ce faire, il faudrait que les sociétés et entreprises adhèrent à cette politique, en apportant leur soutien et contribution et en permettant ainsi aux étudiants de pouvoir poursuivre un stage à leur niveau. Le but étant d’expliquer et d’orienter les élèves de terminale vers le système LMD. Un système qui en est à sa sixième année d’application. Ce qui constitue un motif de satisfaction en soi. Notre interlocuteur devait rappeler que ce système met un terme à l’assistanat de l’étudiant en le rendant responsable et autonome.;

Le Carrefour  

Laisser un commentaire