L’AFFAIRE DU GROUPE ERIAD TIARET

En effet, l’affaire ERIAD TIARET qui est encore en instruction au niveau du tribunal de BORDJ BOUNAAMA dans la wilaya de TISSEMSILT vient d’atteindre sa vitesse de croisière et la justice semble plus que décidée d’aller jusqu’au bout pour démasquer tout inculpé dans cette affaire de dilapidation de biens publics, de faux et usage de faux, et de passe droit qui a touché l’un des plus grands groupes de l’agro alimentaire du payé ERIAD TIARET qui regroupe sept filiales dont quatre ont déjà fait l’objet de privatisation( MAHDIA, RELIZANE, MOSTAGANEM,TIARET) alors que les trois autres filiales celles de LAGHOUAT, KSAR EL BOUKHARI et de DJELFA sont toujours sous la gestion (SGP CEGRO), les révélations dans cette affaire sont l’apparition de nouvelles personnes dans cette affaire qui n’ont jamais été auditionnées auparavant ni par les enquêteurs ni par la justice apportant selon nos sources de nouvelles preuves sur la mauvaise gestion qui a caractérisé certaines pratiques douteuses et impliquant explicitement le premier responsable du groupe, ainsi que l’annulation par le magistrat instructeur de la première expertise du mois de mai 2008 qui s’est basée sur (41) points, sans qu’elle soit convaincante, professionnelle, et précise et l’ordonnance d’une contre expertise décidée pour mettre toute la lumière sur les points restés sombres,  selon la même source, cet expert devra rendre très prochainement son expertise à la justice, notre source précise aussi que le premier expert en question ne s’est jamais déplacé au siège du groupe pour s’enquérir de très prêt de ces dossiers épineux, tels le dossier du désistement du point de vente n 33  des moulins de TIARET le désistement sur le siège d’ELATTAF affilé aux moulins de KSAR EL BOUKHARI, les logements et le lot de terrain de l’unité de CHELIF alors que tout le foncier de cette unité est hypothéqué depuis 2003 par la BADR de MAHDIA le désistement sur deux logements au profit de l’ex secrétaire général de la coordination syndicale, les réintégrations et promotions accordées à certaines personnes dont la relation de travail avec le groupe est finie soit par le départ volontaire ou par la retraite, en se contentant d’envoyer une correspondance au PDG du groupe en date du 7/5/2008 lui demandant sur réquisition du juge d’instruction du tribunal de BORDJ BOUNAAMA de lui envoyer les dossiers sur son bureau installé à DJELFA et beaucoup d’autres dossiers qui impliquent en premier lieu le premier responsable et caractérisent l’absence de control hiérarchique, les anomalies avec la réglementation en vigueur, avec l’accord collectif et avec les écrits de la direction générale. Enfin, il semble que l’heur de la vérité est très proche, et seule cette deuxième expertise déterminera le degré de dilapidation des biens publics, dire par là que très prochainement cette affaire sera traité par le tribunal de BORDJ BOUNAAMA

Pour OUARSENIS INFO A.NADOUR      

0 commentaire sur “L’AFFAIRE DU GROUPE ERIAD TIARET”

Laisser un commentaire