4ème session ordinaire de l’APW; Quand les élus tiennent les rênes

Exceptionnellement et pour la première fois de son histoire, l’honorable Assemblée populaire de la wilaya, à travers ses élus, a démontré que lorsqu’on veut on peut, et a aussi montré que le rôle des élus ne se contente pas uniquement dans la tenue d’une assemblée qui ne finit que par des recommandations creuses. En effet, selon les observateurs, cette assemblée s’est magnifiquement illustrée par l’audace et le courage des élus dans le traitement des dossiers. Les intervenants issus des différentes formations politiques se sont donné le mot d’ordre de sortir de l’habituel, de s’imposer et imposer la réglementation qui régit cette assemblée jadis bafouée par les discordes partisanes et les pressions politiques.
En éveil de conscience, les élus avaient même menacé, avant l’ouverture de la session, de se retirer de l’assemblée. Ils ont courageusement haussé le ton, non pas uniquement pour reprendre leur vrai rôle d’élus, mais apparemment pour passer des messages aux parties concernées.
En tous les cas, c’est ce que nous a déclaré une grande figure de cette assemblée, tout en précisant qu’ils n’ont voulu, par cette attitude, que reprendre le vrai rôle de l’assemblée et transmettre honnêtement les préoccupations de la population, loin des anciennes méthodes qui limitaient leur rôle en la lecture des rapports sans les décortiquer, et sortir avec les décisions qu’il faut.  Une fois n’est pas coutume. Mais au vu des évènements qui ont caractérisé cette assemblée, il se pourrait que le train de l’APW, qui s’est mis sur rails, poursuivra son chemin jusqu’à l’étape finale. Parmi les faits saillants ayant caractérisé cette session, on citera beaucoup de «premières». Une session dure trois jours de débats. Pour la première fois, les élus, tous partis politiques confondus, tiennent les rênes de leur assemblée et veillent à ce que leurs droits dans l’intervention, dans la discussion et dans les suggestions ne soient pas spoliés, comme par le passé. Une autre première, celle du wali qui s’est montré disposé, tout au long des deux premières journées, à les entendre et discuter les points avec eux, même si ça prendra des jours. Pour la première fois encore, les élus ont promis un «Wikileaks» de révélations sur toutes les directions.
Et si le traitement des dossiers de l’urbanisme, qui s’est terminé par pas moins de 50 recommandations et remarques, et de l’emploi qui a provoqué un mécontentement général, les débats ont déjà fait du bruit, et les observateurs prédisent des révélations fracassantes dans le chapitre consacré aux « divers ». En somme, la population, qui semblait par le passé perdre confiance en ses élus, devra trouver une grande consolation dans cette session. Le climat qui s’est dégagé de ces débats présage un rôle beaucoup plus responsable à l’avenir. La compréhension et la complicité du premier responsable de l’Exécutif dans cette «affaire» sont à saluer. La décision a été suivie par l’ensemble des élus qui se sont tous rassemblés devant le siège de la wilaya.  La position pour le moins inédite des représentants du peuple, a vite fait réagir le chef de l’exécutif qui s’est montré disposé à assister aux débats de l’après-midi de cette troisième journée.  Tout semblait aller vers le retour à la normale, mais pour des raisons inexpliquées, ces mêmes élus et en commun accord, ont encore une nouvelle fois décidé de ne reprendre les travaux que le jeudi. Une position qui dénote, d’une part leur courage dans la prise de décision, et de l’autre, qu’ils sont souverains dans leur assemblée.  Espérons toutefois que cette attitude ne mettra pas en doute la relation entre wali et élus pour le bien-être de la wilaya et de toute sa population.

Pour Ouarsenis Info A.Nadour

Laisser un commentaire