Les tests ADN au secours de la justice

Le crime a eu lieu dans la commune de Lardjem, wilaya de Tissemsilt, à la veille du mois de Ramadhan.

Le  tribunal criminel près la cour de justice de Tiaret, a clos, mercredi à une heure tardive de la nuit, sa session criminelle avec la condamnation à la prison à perpétuité de Assal Abdelkader, âgé de 47 ans, technicien de la santé, pour le crime qu’il aurait commis le 29 août  2008  sur la personne de Rebas  Abdelkader, receveur de la poste de Lardjem dans la wilaya de Tissemsilt.
La veille du Ramadhan, la victime, qui résidait à l’intérieur de la poste, a été retrouvée par son frère Mohamed gisant dans une mare de sang, avec sur le corps les traces de 24 coups de couteau et des blessures occasionnées avec un objet contondant. Alertés, les éléments de la sûreté de daïra de Lardjem découvriront l’horreur et le mobile du crime : le vol du contenu du coffre, soit 11 127 127 DA. 

Une enquête a été ouverte sur ordre du procureur de la République du tribunal de Bordj Bou Naâma. Elle sera ponctuée plus tard par des analyses d’ADN de huit suspects  sur un panel de 62 témoins par le laboratoire scientifique de la police.

La conclusion reste l’implication de Assal Abdelkader. Les traces prélevées sur la scène du crime corroboraient avec ceux du principal suspect.
Trois échantillons furent analysés dans les laboratoires et confirmèrent les soupçons sur l’intéressé,  selon la correspondance établie le 14 juin 2009 par cet établissement scientifique d’Alger. Les chefs d’accusation d’assassinat avec préméditation et vol avec violence furent ont donc été retenus contre Assal. Tout au long du procès, Assal niera les faits, alors que le représentent du ministère public venait de requérir la peine capitale.
Après délibérations dans un procès qui aura duré dix heures, le  tribunal et les jurés seront unanimes : la perpétuité pour l’assassin. 

El Watan

Laisser un commentaire