Les citoyens de Khemisti «assiègent» la daïra

Des centaines de personnes se sont regroupées, mardi matin, devant le siège de la daïra de Khemisti pour protester contre les des conditions de mal-vivre, qu’ils endurent, et revendiquer certains points ayant une relation directe avec leur quotidien.  Ils étaient, en effet, près de 500 personnes de cette commune, notamment ceux habitant le quartier d’Aïn El-Hamra, à s’être donner rende-vous devant la bâtisse officielle pour exiger le départ du premier responsable de la daïra.  Les protestataires ont présenté une plateforme revendicative comportant plusieurs points, dont l’eau potable, qui est absente depuis plus de quatre mois, la distribution douteuse des logements sociaux, l’état dégradé des routes et l’emploi.
Ces protestataires ont affirmé que le chef de la daïra est le premier responsable de cette situation chaotique, après un rassemblement calme et sans le moindre dépassement, qui a duré toute la matinée. Tentant de se faire entendre par le chef de daïra, les protestataires ont déclaré avoir été surpris de constater que le responsable en question n’attendait que l’occasion pour quitter les lieux en montant dans la voiture d’un des notables de cette ville.  Certains jeunes de cette paisible localité, probablement plus « excités » que d’autres ont tenté de faire augmenter la pression, et ce n’est que grâce au civisme des uns que le pire a été évité de justesse.  L’«évasion» du chef de daïra, nous disaient les présents, démontre le peu d’intérêt, qu’accorde ce responsable aux citoyens, et le peu d’importance, que réserve ce même responsable pour la prise en charge de leurs problèmes.  En son absence, c’est le secrétaire général de la daïra, qui répondra à la presse, déclarant que certains problèmes vont trouver des solutions dès aujourd’hui (mardi), tels que le problème de l’eau.
Néanmoins, pour les autres problèmes revendiqués, même s’ils sont des préoccupations légitimes, il ne pourra pas, à partir de son poste, donner des promesses ou des réponses.  Au moment où nous mettons sous presse, la population campait toujours à sa position. Il est relever que les services de police ne sont pas intervenus.  Leur présence sur les lieux était presque invisible. Les citoyens réclament pour leur part le déplacement du wali pour discuter et tenter de trouver des solutions aux problèmes.
Pour Ouarsenis Info A. Nadour

Laisser un commentaire