Des centaines de familles explorent Aïn Antar

Pourchassées par la routine et les différentes corvées ménagères quotidiennes, des familles venues de Médéa, d’Alger, de Aïn Defla, de Djelfa et d’un peu partout des 4 coins de l’Algérie ont trouvé dans le parc régional de Aïn Antar, dans la commune de Boucaid, un véritable lieu de pèlerinage caractérisé par un air sain exempt de toute pollution.

L’exploration débridée par des afflux de visiteurs à travers une telle sublime forêt paysagère qui renferme de valeureuses richesses faunesques et florales merveilleusement diversifiées est synonyme de vie au grand air, de calme, de vaste horizon et de retour aux origines. En effet, la bande verte qui couronne la chaîne montagneuse de l’Ouarsenis est principalement constituée de cèdres millénaires géants dont le tronc fait 8 mètres de diamètre et qui sont considérés comme l’unique cédraie dans le continent africain. Elle abrite aussi entre autres le pin d’Alep, le genévrier, le cyprès, le platane, l’eucalyptus, le chêne vert, le chêne liège et des formes broussailleuses qui tapissent la zone. Ce volumineux dictionnaire naturel à ciel ouvert attise vivement l’envie de jouer avec un charivari de chérubins qui se perdent au fond de la savane avoisinante pour écouter une musique frissonnante parvenue du chant de la communauté ornithologique.

Non loin, les parents sont allongés sur un pavement naturel polychrome pour s’enivrer d’une fioriture faunesque fortement exaltante.
Le soir, les visiteurs de la luxuriante forêt de Aïn Antar, appelée communément la reine de l’Ouarsenis, regrettent la fin de la ronronnée faute de n’avoir pas pu guérir leur forte curiosité d’en savoir plus sur ce coin paradisiaque, la nostalgie les poussant à aimer aussi les sites historiques et archéologiques dont, entre autres, Bine El Kifane, Sidi Amar, Ibn Arrodj, Bit El Bey et la coupole de Sidi Abdelkader perchée sur le pic de Sidi Amar à une altitude de 1984 m de la surface de la mer.    

El Watan         

0 commentaire sur “Des centaines de familles explorent Aïn Antar”

Laisser un commentaire