Une autre grève à la poste, Colère et déception chez les usagers

Apparemment, les augmentations annoncées en faveur des postiers et relayées en ce début de semaine par plusieurs organes de presse n’ont pas été satisfaisantes, d’où cette reprise de grève qui a créé un vrai sentiment de déception et de colère chez les usagers. En effet, hier dimanche, et à l’instar des autres bureaux de poste de la wilaya, l’intérieur de la recette principale de Tissemsilt, ressemblait tout simplement à un lieu déserté par ses employés.  

Les usagers n’ont rien compris, la déception se lisait sur les visages de ceux qui sont venus pour effectuer des retraits d’argent et se sont retrouvés devant des guichets sans employés.
« Nous avons lu dans la presse qu’ils ont été augmentés, alors à quoi sert cette grève, pourquoi on légalise un telle action ? C’est de l’anarchie, aujourd’hui ils travaillent et le lendemain ils se retrouvent en grève, et personne ne pense à ce malheureux usager », devait nous dire un fonctionnaire frustré par cette situation inattendue. Un autre s’est insurgé en précisant : « Nous sommes devenus otages d’un désaccord entre les postiers et leur tutelle.

Augmentations ou pas, nous avons quand même droit à un service minimum, ce qui n’est pas le cas. Si les postiers ont le droit de revendiquer la satisfaction des points traités avec les responsables, ils n’ont pas le droit de priver les gens de cette façon de retirer leur argent.
Il existe d’autres méthodes, l’essentiel est de communiquer à travers des préavis de grève et assurer le service minimum ». Dans ce même cadre, les travailleurs d’Algérie Poste de Tissemsilt ont adressé un communiqué au premier responsable du pays, dont une copie nous a été remise, dans lequel on pouvait lire le mécontentement des postiers quant à la non-satisfaction des revendications soulevées dans la plate-forme adressée au ministre des PTIC.

Ils déclinent toute responsabilité sur un éventuel blocage ou complication de la situation après ce mouvement de grève et demandent son intervention afin de préserver leurs droits.


Pour Ouarsenis Info A. Nadour

Laisser un commentaire