RETARDS DANS LA RECEPTION DES ROUTES

cette situation est toujours d’actualité concernant le CW 84 reliant Bordj el émir Abd El Kader à la localité de Ain gherab dont un compte rendu a été déposé lors de la dernière session de la wilaya, selon ce rapport, les travaux de cette route accusent un grand retard, ce qui rend la localité de Ain gherab toujours enclavée, l’argent déboursé sur ce tronçon ne l’a pas extirpé de son isolement et les anciens points noirs censés être supprimés sont restés à l’état primaire, les chargés de ce projet ont préféré garder les anciens petits ouvrages et pour les nouveaux, le rapport explique qu’ils ne sont pas réalisés sur des bases solides, et le pire c’est que ces petits ouvrages sont inondés par les crues ce qui pose une grande problématique sur l’utilité de tels ouvrages, le chargé des travaux publics au niveau de la daïra de Bordj el emir abdelkader était des plus étonnant dans ses déclarations concernant ce tronçon en affirmant à la commission que ce projet même s’il traîne le pas jusqu’à nos jours, il a été lancé sans qu’une étude technique approfondie ne soit faite et c’est là le grand problème sinon comment tolérer de tels dépassements au temps ou tout le monde prône le discours de la qualité et de l’intérêt de l’état ? ce dysfonctionnement et ce retard est constaté aussi dans certains autres projets entrant dans le cadre du PSD dans la daïra de Sidi boutouchent ou la lenteur dans les exécutions est ressentie sur la route menant de la localité de Chelaghmia à celle de Sidi ghalem et de Sidi ghalem à Ain ghalem, et devant ces retards, les malheureux citoyens ont tout bonnement baissé les mains, maintenant force est de relancer leur appel dans l’espoir d’être reçu par les hauts responsables de la wilaya.

Pour OUARSENIS INFO A.NADOUR

Laisser un commentaire