TISSEMSILT ET CES SITES HISTORIQUES

La région de l’ouarsenis renferme en divers endroits de son territoire, des sîtes archéologiques de grandes valeurs et les quelques études et analyses qui ont été dépechés par l’Agence Nationale d’Archéologie et de protection des sîtes et des monuments historiques de Tiaret qqui englobe les wilayas de Tiaret, de Tissemsilt et d’El Bayadh. Par ailleurs le dossier technique en vue du classement des sîtes de AIN TOKRIA et de AIN SFA ont été finalisés. Le sîte de AIN TOKRIA, qui selon les experts, a joué un rôle des plus importants dans la stratégie militaire romaines au 3 ème siécle. Ce sîte, situé non loin du chef lieu de la commune de Khemisti, fut une place importante dans les frontière romaine de cette époque. Selon une étude faite autour de cet espace archéologique, il ressort aujourd’hui que l’on observe un cimetière extra muros, sur une terrasse de quatre escaliers . Le sîte est proprement entouré d’amendier et de vestige d’un rempart qui aurait selon cette même lecture de l’espace au détachement de la 11 ème cohorte des sardes, dont on releve le passage sous le règne de GORDIEN 3 .L’étude faite notamment par un groupe d’étudiants en archéologie dépêché au cours de l’année 1994,signale également que la lecture de ce même espace fait ressortir qu’il prend départ à l’interieur de la province par les montagnards et au sud par les tribus nomades qui furent régumlièrement refoulés . L’effort guerriers romains a ainsi consisté à encerclé par les routes et les massifs imprénables, l’accés de la province par l’ennemi. Dans cette région cette voie allait de AIN TOKRIA à Tiaret ( TINGARTIA), en passant par AIN TISSEMSILT( ex VIALAR), Sidi el Hosni
(WALDECK ROUSSEAU). Toutefois entre TIARET et AIN SBIHA,aucune trace de vestige n’a été relevé. Le chercheur dépêché peut également suivre cette route de AIN SBIHA qui se limite à 5 km des grottes de IBN KHALDOUN à MAGHNIA (NUMERCIS SYRORUM) par  -TAOUGHAZOUT- TAKHMARET ( CHORS BRESCORUM), Benian à la militaria (TIMZOUNIE), Sidi Ali Benyoub (KPUTTASACORA), Hadjer Roum ( ALTAVA) et Tlemcen (POMARIA). La decouverte de ces sîtes selon une analyse des chercheurs donne, la date de découverte, octobre 1961, lieu de découverte sud/ouest d’AIN TOKRIA, datation constantin et ses fils 333 -337. Le sîte de AIN TOKRIA , constitué une partie des fortification érigées par les romains. Par ailleurs dans ce sîte, il ne reste que quelques éléments défensifs et architectonique et des nécropoles. Ce sîte archéologique dévoile des vestiges de camps de soldats, cernés de remparts. On y verra notamment, des restes d’habitations, de dépôts de récoltes et d’armes, des tombes et des caveaux, d’écuriers. Le sîte de AIN SFA est situé à 7 km à l’est du chef lieu de wilaya. Il s’agit d’une grotte dont les parois sont découvertes de gravures rupestres représentants plusieurs thèmes retraçant l’activité humain, la flore et la faune de la région ainsi que des écritures en ocre rouge en tifinag et en caractère Libyco Berbère. Ce sîte remonte à la période Néolitique. Oued Ain Kebeb, datation entre 360-363. Les inscriptions retrouvées en divers endroits de cet espace permettent de déceler que les caractéristiques internes donnent un nouvel exemple de monogramme constantinien. Les caractéristiques internes du libéllé du texte restent communs pour le 4 ème siècle, cependant, c’est l’emploi du cas nominatif qui surprend car les 9/10 des inscriptions se présentent des dédicaces ou datif et les inscvriptions de ces règles sont très rares. Cette observation reste majeure et la problématique reste difficilement cernable . En guise d’évaluation de toutes ces données archéologiques et épigraphiques, les spécialistes pensent que le secteur géographique des rois militaires correspond à la lutte méridionale du massif de l’Ouarsenis au moment ou le relièf jusque la mouvementé, atteint son équilibre de plateau, ouvrant des vues indéfinis en direction du sud. Signalons que l’agence a introduit en 1995, le dossier du classement du sîte de TAZA, une des citadelles érigées par l’Emir Abdelkader .Sur le terrain, les étudiants de l’institut de l’archéologie ont poursuivis leurs recherches sur le sîte de TAZA ou l’Emir Abdelkader à tenu son dernier conseil de guerre le 03 juillet 1838.Par ailleurs, la wilaya de Tissemsilt comte plus de 50 sîtes historiques appartenant à toutes les périodes historiques comme les ruines de Ouled Kouider , dans la commune de SIDI LANTRI, ainsi que KOUACEM dans la commune de LARDJEM et le fort de TOUKEL bâti par les Emirs des BENI TOUADJINE dans la commune de SIDI ABED. On citons aussi d’autres sîtes historiques lels que Sabelette el Kadhi, Hamam Etiresse, Ain Lourra etc…Signalons que le sîte de AIN TOKRIA n’a pas devoilé tous ses secréts.
                                                                                               MEGHIT  KADI

0 commentaire sur “TISSEMSILT ET CES SITES HISTORIQUES”

Laisser un commentaire