Les Verts se sont envolés vers la Suède, Cap sur le Mondial de handball

Un tournoi de haut niveau regroupant les représentants de cinq pays, à savoir la Croatie, le Danemark, la Roumaine, la Serbie et l’Australie. Une opportunité qui permettra à Salah Bouchekriou et ses poulains de montrer toute l’étendue de leur talent pour prétendre passer à une étape supérieure. Nos joueurs entameront les entraînements au lendemain de leur arrivée en Suède avec, au programme, une séance matinale et une seconde l’après-midi. Ils entreront dans le vif du sujet à partir du vendredi 14 janvier avec un premier match devant la Serbie (17h). Suivront trois autres rencontres, le dimanche 16 face à la Croatie à Lund (14h15) et le lundi 17 contre la Roumaine à Lund également (16h45), le mercredi 19 janvier face au Danemark, puis cap sur Malmö pour y rencontrer l’Australie le lendemain dans cette ville, lieu de résidence de la délégation algérienne pendant le premier tour du Mondial. La préparation de l’équipe se poursuivra pendant les trois jours qui nous séparent de notre premier match du Mondial avec un total de cinq séances. Après avoir réussi un bon deuxième tour en Coupe du président à l’occasion du Mondial 2007 de Croatie, les Verts s’accrochent à leur rêve. Il ne faut pas caricaturer. Si la sélection algérienne avance dans le chemin de la bonne représentation, elle devrait revendiquer le droit d’aspirer à un handball qui ne soit pas la vitrine d’une quelconque déformation et mettre en œuvre, et correctement, sa spécificité sportive, indépendamment des intimidations que pourraient susciter l’ambiance des salles et la présence des ténors de la petite balle ronde. Si l’Algérie se fait aujourd’hui du second tour une priorité absolue, elle devrait se doter des moyens et des arguments pour se faire une raison sur le parquet et surtout pour se protéger de tous les aléas, de tous les conditionnements auxquels elle risque de faire face dans un match et devant des adversaires plus combatifs. Une confrontation de ce genre se joue avec les bras, mais elle s’appréhende dans la tête. S’il n’y a qu’une seule vérité sur un terrain de handball, les convictions de jeu et de grand accomplissement devraient en contrepartie être partagées. La conclusion à laquelle devrait parvenir la formation de Salah Bouchekriou, à un stade aussi avancé dans cette épreuve, est de ne pas se tromper de rôle et encore moins de vocation. Le Mondial de handball n’est pas une activité comme les autres. Il implique des valeurs, des vertus, une culture. Quels que soient les contextes et les périodes, les Fennecs  peuvent sortir de bons comme de mauvais matches. 

LA Tribune

Laisser un commentaire